Le contexte : besoin d'un ordinateur portable
Septembre 2005. Je rédige mon mémoire de fin d'année, je me prépare à affronter la recherche d'emploi. Pour le moment, j'utilise un ordinateur portable, prêté par le laboratoire de recherche où je travaille en alternance. Il faut dire ce qui est, la machine a pas mal vécu, la batterie est hors-service et le câble d'alimentation a lui aussi fait beaucoup de chemin. Ca faisait un moment que j'en voulais un, et c'était sans doute l'une des dernières occasions pour moi d'avoir un ordinateur portable à prix préférentiel (MIPE inside ;) ). Possédant déjà un ordinateur fixe, j'avais envie d'un ultra-portable, quelque chose de petit, que je puisse emmener partout, avec une bonne autonomie et avec une bonne compatibilité Linux. La cerise sur le gâteau étant, si possible, de pouvoir jouer à Quake 3 et Diablo 2. Je me penchais sur l'entrée de gamme, mais rien de vraiment transcendant. J'ai en plus un certain a priori sur les cartes graphiques à mémoire partagée. Mes deux premiers PC étaient équipés des chipsets graphiques Intel i810 et i815e, le moins qu'on puisse dire c'est que ce n'était pas des puces taillées pour le jeu et le multimédia.



Offre MIPE, une machine "différente"
Une machine cependant semblait sortir du lot des portables de l'offre MIPE. Au niveau hardware, tout semblait être correct : 2Kg à la pesée, disque dur 40 Go, 512Mo de mémoire vive, carte vidéo Radeon 9550 (avec seulement 32Mo de mémoire, dommage) sur écran 12 pouces, 6h d'autonomie, et processeur à 1,33GHz. En gros, ce que je voulais... à un détail près : c'est un Mac, ce qui veut dire processeur PowerPC (en l'occurence G4) et système d'exploitation Mac OS X Tiger. J'avais eu l'occasion d'avoir un aperçu de Mac OS X Tiger grâce au Mac mini de ma copine de l'époque, et j'avoue que le système me plaisait bien. Toutefois, j'avais suivi sa galère lors de l'installation sur son mini de Kubuntu, puis de Gentoo. Une réflexion s'imposait. D'un côté, je risquais d'avoir une machine avec 2 OS (taxe Microsoft quasi-impossible à enlever, voyez le calvaire des gens du groupe de Détaxe), ce qui consomme de la place. De l'autre, un seul système, avec des bases unix donc possibilité d'avoir certains softs que je connais déjà sous Linux. Avec en plus la sensation d'une nouvelle aventure. Le prix était raisonnable, la machine semblait relativement équilibrée et complète.



Petit tour à l'Apple Store, crédit ou pas?
C'est donc parti pour l'aventure. Appel à l'Apple Store, j'étudie une proposition de crédit. Apple propose une offre de paiment sous-traitée par Sofinco. Et j'avoue que cette offre, comparée à celle des banques, ne me plait pas vraiment, elle ne vaut pas vraiment le coup. D'un autre côté, aucune banque n'avait répondu à mes requêtes de rendez-vous pour un prêt MIPE. Après le temps de la réflexion, je prend donc la décision de prendre la machine comptant. Nouvel appel, je commande la machine un samedi ou un dimanche. A noter que les vendeurs Apple francophones sont assez sympa, du moins de ce que j'ai pu en juger, puisqu'ils donnent assez facilement leur adresse mail pour qu'on puisse poser des questions en cas de besoin. Cela dit ça n'a pas empêché le vendeur de vouloir me refourguer MS Office. Je commande un iBook G4 12 pouces de l'offre MIPE, avec une pochette Second Skin Tucano grise. Le tout rentrant dans un sac standard, je pourrai ainsi me balader sans qu'on voit que je transporte un ordinateur portable. Le transporteur fut sans histoire, j'ai même pu leur demander de faire réceptionner par une autre personne que moi. A noter toutefois que de ce que j'ai lu sur le net, les transporteurs sont parfois défaillant.



La découverte
Mes premières impressions sur cette machine sont bonnes. Je commence par réinstaller le système d'exploitation. Après Windows 98,2000, XP et 2003, plus quelques Linux dont Red Hat, Fedora, Mandriva, et Gentoo, je découvre l'installation de Mac OS X. C'est simple, c'est le moins qu'on puisse dire. C'est agréable, tout est graphique. Je trouve l'installation aussi agréable et aisée que Mandriva, et surtout, gros plus par rapport à Windows, entièrement graphique. Je ne me souviens pas exactement de la place prise par le système, mais il est quand même un peu gourmand en espace disque, du moins si l'on se met à installer certaines applications multimédia comme Garageband (que je n'ai pas installé). On est tout de suite ébahi par la simplicité du système, parfois à la limite du simpliste. On notera que le clic droit est remplacé par Ctrl+clic, à moins d'avoir une souris à 2 boutons. Le trackpad est d'ailleurs agréable, et au lieu d'avoir une zone pour le défilement, permet de le faire en appuyant avec 2 doigts à la fois.



Sur le capot
Les haut-parleurs intégrés sortent un bon son, un peu juste par contre pour une fête entre amis, sûrement tout aussi juste si on désire le brancher sur une télévision pour regarder un film. On choisira donc de brancher des enceintes externes dès qu'il s'agit de monter le son très fort. Toujours côté audio, je note l'absence de connectique pour microphone, celui-ci est intégré dans l'écran. Pour le moment, je ne l'utilise que peu, donc il me convient. Niveau connectique, la machine est munie d'un port Firewire400 que j'ai dû utiliser 2 fois à tout casser (c'est ma seule machine à port Firewire), ainsi que 2 ports USB 2. Un port mini-dvi (?) est aussi sur le côté, et permet, avec un adaptateur fourni, de se brancher sur un écran VGA. On remarquera que le clavier n'est pas un AZERTY standard, il n'y a pas de touche Suppr, et entre autres, l'arobase, le point d'exclamation, le tiret et l'underscore ne sont pas à leur place habituelle. Certes, on s'y habitue, mais les premiers instants sont difficiles. L'interface Ethernet est 10/100, et il y a aussi un port modem 56k. Du côté droit, le lecteur optique (combo lecteur dvd/graveur cd) est un avaleur, et la prise de courant. Il n'y a rien derrière, et rien devant si ce n'est une diode blanche et la touche d'ouverture. Dessus, la pomme s'allume lorsque la machine fonctionne et s'éteint lors de la mise en veille, c'est totalement inutile certes mais tellement marrant qu'on voudrait le voir sur tous les ordinateurs portables :) Dessous, la batterie possède une jauge de charge que l'on active à l'aide d'un petit bouton. Le connecteur du câble d'alimentation fait aussi dans le style "fashion", il est cerclé de vert lorsque la batterie est pleine, et orange lorsqu'elle est en charge.

connectique latérale
La connectique latérale de l'iBook. Tout est quasiment ici, seuls le connecteur d'alimentation et le lecteur optique sont de l'autre côté. (cliquer pour agrandir)

un assez petit clavier
Le clavier, petit et non standard AZERTY. La taille ne me gêne absolument pas, mais il aura fallu que je m'habitue à certains emplacements de touches. (cliquer pour agrandir)

Le lecteur optique du mac, combo CDRW/DVD
Le mange-disques, attention pas de disque de 8cm ! (cliquer pour agrandir)

la pomme lumineuse au dos de l'écran
L'élément le plus fashion et inutile. Heureusement qu'il n'est pas à l'envers !(cliquer pour agrandir)



Sous le capot
Côté puissance, l'iBook se traîne un peu au démarrage, sans doute le G4 qui accuse le poids des années, j'ai vu le même phénomène sur un mac mini. Mais une fois lancé, Mac OS X est inarretable, j'en veux pour preuve deux exemples : le premier concerne Dashboard, lorsque je viens juste de me connecter sur ma machine, les widgets mettent du temps à se charger (j'en ai 14 au total), mais après ce premier chargement, il est très difficile de le prendre en défaut (sauf si vous faites une tâche un peu lourde dans un Windows XP émulé via Virtual PC). L'autre exemple est l'uptime de ma machine. Au moment où j'écris (avant de multiples relectures), il n'est que de 4 jours, mais j'ai déjà fait un uptime de 31 jours (reboot pour un baladeur mp3, manifestement non reconnu, quel gâchis). Oui, je n'éteins quasiment jamais mon iBook, sauf pour les mises à jour Mac OS et les modifications hardware. Et oui, j'ai ajouté de la mémoire vive à ma machine, lancer plusieurs OS en même temps est de cette manière un peu moins lourd. Mais ça n'a pas changé grand-chose côté jeux, pour Diablo 2 et Quake 3, c'est bien la carte graphique et ses 32 Mo qui font défaut. Bien qu'il soit possible d'overclocker la Radeon 9550 qui équipe les derniers iBooks, je ne préfère pas tenter le diable, et j'émet l'hypothèse que c'est surtout le manque de mémoire qui empêche ces jeux de tourner aussi bien que sur PC (j'ai possédé une Radeon 9550, je peux plus ou moins comparer). Un dernier mot sur les mémoires vives : bien que sur les dernières générations d'iBook, Apple ne soit pas trop radin sur les barrettes mémoires, je ne recommande pas d'acheter de barrettes sur l'Apple Store, elles y sont 2 à 3 fois plus chères que des barrettes de mémoire vive PC, qui peuvent fonctionner sur l'iBook puisque celui-ci utilise des barrettes de mémoire de type DDR-SDRAM SODIMM. J'ai d'ailleurs acheté en novembre 2005 une barrette de 512Mo chez Surcouf pour 60 euros (selon l'iBook, l'Apple Store vous la vend 110 à 160 euros), et elle est garantie 10 ans (Quelques idées de prix au mois de mars 2006 ici et ). L'ajout du module s'est fait sans problèmes, cela m'a permis de voir que la première barrette de 512 Mo n'existe pas, mais que les puces sont directement soudées sur la carte mère. L'iBook est définitivement une machine difficile à upgrader : en farfouillant sur le net, j'ai pu voir un tutorial pour démonter un iBook, et il semble que cela relève de l'opération chirurgicale, mais ce n'est pas impossible.

tarifs mémoire Apple 1tarifs mémoire Apple 2
Les composants ne sont pas donnés chez Apple. Quelle est la différence entre les deux modules mémoire de 512Mo? (cliquer pour agrandir)



L'OS lui-même, et le réseau
Quittons un peu le hardware intéressons-nous aux logiciels. Commençons par Mac OS, le système d'exploitation. Je le prend rarement en défaut. Les seuls kernel panic que j'ai eu étaient causés par Virtual PC. L'OS est un peu capricieux au sortir d'une veille prolongée, mais vu comme je le maltraite, je pense que ça serait moche de ma part de m'en plaindre. L'interface Aqua est facile et agréable à prendre en main. Le système se configure en quelques clics, je trouve rapidement des astuces pour activer le compte root, naviguer dans le système de fichiers est facile, je change mes raccourcis claviers, je paramètre mon réseau (LAN + Wifi), tout ça très rapidement. Mention spéciale à la configuration du réseau, oui j'en rajoute une couche, car c'est pour moi un vrai plus de cet OS : les profils réseau, un vrai bonheur à utiliser, en un clic, on passe d'une configuration réseau à l'autre, que ce soit ip fixe, dhcp, ethernet ou sans fil, voire même modem (que je n'ai pas essayé). Côté compatibilité réseau, Apple gère les réseaux Windows grâce à Samba, là aussi on peut très facilement accéder à des partages Windows depuis l'explorateur. AppleTalk et NFS sont aussi gérés, mais je ne me sers que de Samba. Côtés fonctionnalités, je vais m'attarder sur celles d'entre elles dont on parle souvent lorsque qu'on cause d'OS X, et plus particulièrement de Tiger : exposé, dashboard et spotlight. Exposé permet, comme son nom l'indique, d'avoir une vue d'ensemble de toutes les fenêtres. L'utilisation standard de cette fonctionnalité est en lieu et place de l'alt+tab pour les habitués de Windows/Linux. Le simple équivalent sous Mac étant Pomme+tab. J'utilise assez peu cette fonctionnalité car c'est la seule de mes machines qui la possède, et je n'ai pas été convaincu par Komposé. Continuons avec dashboard. C'est sans doute l'une des trois que j'utilise le plus. C'est simple, mon dashboard est rempli de widgets, petit tour : un calendrier, une calculette, 2 météos, un résumé système, un widget de screenshots, un aggrégateur RSS et 7 bloc-notes. Heureusement que je n'ai qu'un écran 12 pouces, je n'imagine pas le nombre de bloc-notes sur un 17 pouces ! Pour finir, spotlight : je ne l'utilise pas trop, car en général je sais où est ce que je cherche sur un ordinateur. Mais pour les fois où je ne sais pas, j'avoue qu'il est puissant. Là où il est très fort, c'est qu'il va jusqu'à chercher dans les fichiers certaines informations, ou même dans les signets ! Je suis surpris qu'il ne semble pas consommer beaucoup de ressources.

bureau OSX
Le bureau, simple et efficace. Le gestionnaire de fichiers, Finder, lui aussi fait dans la simplicité. On peut voir que les options sont dans la barre en haut de l'écran et non dans la fenêtre de l'application. (cliquer pour agrandir)

préférences système
Le panneau des préférences systèmes, accessible très rapidement en cliquant sur la pomme en haut à gauche de l'écran, puis sur "Préférences Système...". (cliquer pour agrandir)

configuration réseau
Menu de configuration réseau. On remarquera le système de profil, ici "Maison". (cliquer pour agrandir)

dashboard
Dashboard, ici tellement utilisé que j'ai préféré masquer certaines données personnelles. (cliquer pour agrandir)

partages réseau
On peut se connecter depuis ce simple panneau à de nombreux systèmes de transfert de fichiers, dont SMB, FTP et NFS. (cliquer pour agrandir)

un partage réseau monté
Exemple d'un partage réseau monté. La même chose apparaît lors de l'installation d'une application ou lors de l'insertion d'un CD ou DVD.



Reconnaissance de périphériques, pilotes
De ce côté-là, c'est le pied ! Ma souris USB "de base" a fonctionné sans problème, et la Logitech que j'ai acheté il y a peu (sans fil quand tu nous tiens) fonctionne sans avoir à installer de pilotes. De même pour l'imprimante combo HP chez mes parents, je n'ai pas testé le scanner mais l'impression fonctionnait au poil. Au bureau, les imprimantes réseau ont été gérées avec la même facilité. Les clés et disques dur USB passent sans problème, enfin, s'ils sont formatés en HPFS (système de fichiers Mac OS) ou en FAT. J'ai essayé avec un disque dur en ext3, sans succès. Dommage qu'Apple ait enlevé le support de certains systèmes de fichiers, ils piochent tellement dans le libre que la gestion des partitions Linux, j'aurais vraiment apprécié. Je n'ai pas encore essayé d'utiliser un graveur externe USB ou firewire, mais j'ose espérer que cela fonctionnera. Pour les webcams, il semble que ma boue de chez Labtec qui, ô miracle, passe sous Linux, pourrait fonctionner sous OS X grâce à un projet libre. Cela dit, je pense que ce bon résultat côté périphériques était à attendre, cela fait un moment que je fais très attention au matériel informatique que j'achète. La compatibilité Linux et dorénavant OS X fait partie de mes priorités lorsque j'achète du matériel (je me souviens encore lorsque j'ai acheté la souris logitech : "bonjour, je veux une souris pour ordinateur portable sans fil et compatible Mac". Ca fait déjà pas chieur comme client). Pour le bluetooth, j'ai eu l'occasion de le tester avec un v600i, toujours pareil, quelques clics et c'est réglé, je transfère quelques photos avec un bon débit, et je peux même m'en servir comme souris en lieu et place de celle branchée ou du trackpad, c'est impressionnant :)

Assistant configuration Bluetooth
L'un des nombreux assistants, ici celui de configuration d'un périphérique Bluetooth, en l'occurence le téléphone portable de ma petite soeur que je remercie pour m'avoir donné quelques minutes de son temps. (cliquer pour agrandir)



Personnalisation et logithèque
Côté personnalisation, c'est maigre, du moins aussi maigre que Windows XP. Il est possible d'y remédier en achetant un logiciel, mais l'interface grise fournie avec celle bleue que tout le monde connait me convient. Quelque chose d'important sur un OS, sa logithèque. On pourrait penser qu'on a moins de logiciels sous Mac que sous PC Windows ou Linux. Si c'est le cas, ça ne se voit pas. Pour ma part, j'ai installé : 4 navigateurs web, 2 clients FTP, 1 logiciel de téléphonie IP, plusieurs outils réseau console et graphique, 3 clients de messagerie instantanée, 1 client IRC, un éditeur de texte, un client VPN, 3 ou 4 lecteurs multimedia, 3 jeux, 1 suite bureautique, un logiciel de retouche d'images et d'autres trucs... Je crois qu'avec ça j'ai mon bonheur. Alors parce qu'on cherche toujours des équivalent, voici ze list :

  • Navigateur web : Safari, Firefox, Camino, Flock
  • Client FTP : Cyberduck, gFTP (disponible via Darwinports)
  • Téléphonie IP : X-Lite (OpenWengo en plugin pour Firefox)
  • Outils réseau (non-exhaustif) : Nmap, Ethereal, Tcpdump, Ngrep, Kismac, Macstumbler
  • Messagerie instantanée : aMSN, iChat, AdiumX
  • Client IRC : X-chat Aqua
  • Editeur de texte : Smultron
  • VPN : Tunnelblick (client OpenVPN)
  • Lecteurs multimédia : iTunes, VLC, Mplayer OSX, Lecteur Windows Media, Xine, QuickTime, RealPlayer
  • Jeux : Armagetron, Quake 3 Arena, Diablo 2, Marble Blast Gold (fourni avec la machine)
  • Suite bureautique : OpenOffice.org, NeoOffice (que je n'utilise plus depuis qu'OOo2 est sorti)
  • Retouche d'image : installation de Gimp via Darwinports, lancement via Gimp.app et GimpShop

Sincèrement, niveau logiciels, je suis comblé. On notera que je parle pas des clients mail. Ma messagerie reste sous Linux, sur mon ordinateur de bureau. Si un jour Evolution est dispo pour OS X ou que j'installe Linux sur l'iBook, je transfèrerai peut-être mes mails. En attendant, lorsque j'utilise l'iBook, les webmails me conviennent. Comme c'est une machine qui se veut d'appoint, je n'utilise au final qu'assez peu les logiciels de la suite iLife, je n'ai pas installé GarageBand ni iPhoto, et j'ai mis du temps à utiliser iTunes. Pour ce dernier, j'ai fini par m'y mettre, et finalement il a des fonctions bien agréables, comme le "mix de soirée", qui joue aléatoirement les titres de toute la bibliothèque. Pour les linuxiens, Fink ou Darwinports combiné à l'installation de X11 (En l'occurrence XFree86 4.4.0) ajoute pas mal de choses. Cela dit, les applications X11 sont un peu plus lourdes que les applications natives Aqua, ce qui est dommage, en tout cas pour OOo2 et Gimp, qui sont les applis X11 que j'utilise le plus.

iTunes
Le célèbre iTunes, ici en configuration "Mix de soirée". (cliquer pour agrandir)

AdiumX
Adium, un client de messagerie instantanée multiprotocle. Ce logiciel est tellement bien que je regrette qu'il n'existe pas de version Linux. (cliquer pour agrandir)



En conclusion, et le futur
Cette machine et son système d'exploitation sont aujourd'hui mon compagnon de tous les jours dans mon sac, son système simple et efficace me satisfait dans l'utilisation basique que j'en ai. Les rares problèmes que j'ai pu avoir lors de mes débuts ont été résolus par une communauté francophone sans cesse grandissante, et aujourd'hui je suis pleinement satisfait de cette machine. Pour le futur, plusieurs questions se posent : vais-je acheter d'autres mac? Vais-je n'acheter que des mac? Est-ce que j'investirai dans Mac OS X Leopard lorsqu'il sera sorti? Pour la première question, je ne sais pas, cela dépendra du moment. Ce qui est sûr, c'est que si j'achète un autre mac, cela sera en remplacement de celui-ci, donc un portable. Pour les machines de bureau, je considère que les mac ne m'apporteront pas assez de modularité au niveau composants hardware. En plus, je suis pas très Intel questions processeurs... je n'achèterai donc pas que des mac. Quant à investir dans Leopard, je crois que je verrai aussi à sa sortie, les questions que je me poserai à ce moment-là : qu'apporte-t-il qui vaille la peine de mettre à jour? A quel tarif? GNU/Linux aura-t-il assez progressé pour remplacer OS X sur cette machine?