Arriver à l'heure dimanche à Paris Gare de Lyon. Mettre son blouson, parce que mine de rien, le temps est moche. Poireauter un bon moment, récupérer une carte graphique d'occaze, puis s'engouffrer dans le métro. Acheter un carnet de 10 pour aller à Télégraphe, en se disant que ça resservira plus tard.

Partir lundi matin de télégraphe avec ses tickets de métro dans les poches. Voir les mines renfrognées des gens. Descendre à Chatelet. Se perdre quelques minutes avant de trouver le quai pour aller à Noisiel. Voir les mines toujours renfrognées des gens, se concentrer sur la musique qu'on a dans les oreilles et sur les loupiottes indiquant les stations du parcours. Ouf, on est dans le bon sens.

Descendre à Noisiel, se rendre compte que la borne rejette le ticket pour sortir. Au bout d'un moment, passer par la porte qui vient de s'ouvrir. Faire le tour de la station de métro et revenir demander où est l'avenue Pierre Mendès France à la jolie demoiselle au guichet. Retrouver son chemin pour finalement se rendre à l'heure à la visite médicale.

Repartir en achetant un ticket 4 fois plus cher que la veille, comprendre en mangeant le midi l'histoire des zones tarifaires. Bein j'espère que Monsieur RATP, lorsqu'il me fera la carte de transport, mettra les zones 1 à 7 :-)

Choisissez votre employeur, choisissez le service public.