Il y a quelques mois, j'avais publié un billet sur pbulk. J'avais pris en exemple la configuration mise en place sur un Raspberry Pi 2B. Ce n'était pas une totale réussite, car parfois le Raspberry Pi gelait. Non, pas passer en dessous de 0°C, mais plutôt avoir un système qui ne répond plus. Plus rien, ou presque, la petite carte ne répondant qu'au ping.

On débranche, on rebranche, et ça repart. Jusqu'au suivant. Difficile dans ces conditions de construire presque 1500 paquets logiciels pour mes autres Raspberry Pi. La configuration d'alimentation choisie à l'époque avait pour but de limiter le nombre de prises de courant occupées : un PiHub, accompagné de son alimentation 5V 3,5A. Je pensais que pour 2 Raspberry Pi B+ et 2 2B, cela allait suffire. Finalement non, et non seulement les bulks ne passaient plus et finissaient par corrompre la carte SD, mais en plus l'alimentation a fini par lâcher.

Avant que l'alimentation du PiHub ne lâche, j'avais déjà déplacé le Raspberry Pi 2B dédié aux bulks sur une alimentation dédiée, en utilisant un chargeur de téléphone mobile. Lui aussi ne suffisait pas finalement, puisque j'ai eu quelques gels. Alors que faire ?

Une fois l'alimentation du PiHub hors service, j'ai finalement craqué pour un autre bloc, délivrant cette fois-ci 4,8A au total, mais dont certains ports peuvent délivrer jusqu'à 2A d'intensité. Depuis lors, je construits mes environ 1500 paquets par semaine sans problème depuis plus de trois semaines !

Moralité : il faut bien choisir l'alimentation de ses Raspberry Pi ! Cela peut poser certains problèmes !

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le sur les réseaux sociaux ! Si en plus vous avez des remarques, ou des propositions d'améliorations, n'hésitez pas : les commentaires sont là pour ça !

Crédit photo : Teresa Walter/USFWS - Electrial fixtures to control that backup power generator.