Aujourd'hui, je me suis dit que j'allais encore parler de mon Raspberry Pi 2. Oui, celui-là même qui en ce moment passe sont temps à compiler des paquets pkgsrc. J'avais commencé par parler de la mise en place de pbulk, puis il y a peu j'ai abordé les problèmes d'alimentation rencontrés suite à cette mise en place.

Cette fois-ci, ce n'est pas une question d'alimentation, mais de limites systèmes. J'indiquais dans mon billet les options suivantes en tête du fichier pbulk.conf :

ulimit -t 3600 # set the limit on CPU time (in seconds)
ulimit -v 2097152 # limits process address space

Le premier problème que j'ai eu s'est matérialisé sous la forme d'un pur et simple kill lors de la compilation d'un paquet. Difficile ensuite de comprendre que celui-ci arrivait au bout d'une heure ! J'ai donc compilé le dit paquet manuellement et me suis rendu compte que cela mettait bien plus d'une heure. Cela peut sembler surprenant au premier abord, mais j'avais oublié que même en ayant 4 coeurs, un Raspberry Pi 2 est bien moins puissant qu'un PC classique x86_64. Il met donc, logiquement, bien plus de temps pour créer un même paquet. J'ai donc fini par commenter ces deux directives, pour voir si d'autres paquets, auparavant en échec pour des raisons obscures, peuvent compiler sans soucis.

A l'heure où j'écris ceci, le bulk build n'est pas terminé, mais j'ai déjà pu voir que le paquet qui m'a mis sur la voie est créé avec succès, ainsi que d'autres qui ne pouvaient pas être créés du fait de l'absence de ce premier.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le sur les réseaux sociaux ! Si en plus vous avez des remarques, ou des propositions d'améliorations, n'hésitez pas : les commentaires sont là pour ça !

Crédit photo : Joe deSousa - Gears.