23 janv. 2017

Kodi : récupérer certaines informations sur des addons

J'ai récemment perdu le mot de passe d'un service web que j'utilise par le biais d'un addon de Kodi. Je sais, c'est pas très malin, j'ai malencontreusement écrasé ma base de mots de passe au mauvais moment. Shit happens, comme ils disent dans la langue de Shakespeare.

Comme c'est casse-pied de retaper un nouveau mot de passe via un clavier virtuel et une télécommande, je me suis demandé si le mot de passe était stocké en clair dans la configuration de l'addon. On sait jamais, sur un malentendu, ça pourrait marcher. J'ai donc commencé à fouiller dans l'arborescence de Kodi, et j'ai pu voir que celui-ci stocke ses informations dans ~/.kodi. On y trouve alors un répertoire addons, qui contient un répertoire par addon, ainsi qu'un répertoire packages, qui contient des archives des addons téléchargés. Il est intéressant de regarder le code source des addons, car c'est dans celui-ci que j'ai compris qu'il stockait bien le nom d'utilisateur et le mot de passe.

Au même niveau que le répertoire addons, se trouve un répertoire nommé userdata. Celui-ci contient un répertoire addon_data, dans lequel il y a un répertoire par addon. L'addon dont je souhaitais voir la configuration y a laissé un répertoire à son nom, contenant un fichier de paramètres ainsi qu'un répertoire temporaire. Un petit "cat" sur le fichier de paramètres dévoile donc le Graal :

<settings>
    <setting id="OSpass" value="motdepasseenclair" />
    <setting id="OSuser" value="utilisateur" />
</settings>

En résumé, les paramètres d'un addon Kodi se trouvent dans ~/.kodi/userdata/addon_data/nomdeladdon/, dans un fichier nommé settings.xml. Le code source se trouve quant à lui dans ~/.kodi/addons/nomdeladdon/.

Comme quoi, j'ai vraiment raison de ne vouloir utiliser qu'un unique trio e-mail/utilisateur/mot de passe sur certains sites ou certaines applications.

14 sept. 2015

installation minimaliste de CentOS 7

Mieux vaut tard que jamais, j'ai commencé à jouer un peu avec CentOS 7 ! Bien que celle-ci regorge de fonctionnalités et de mécanismes intéressants, elle amène beaucoup de paquets logiciels. J'ai donc commencé par regarder ce que je pouvais retirer comme paquets, et à préparer une section _packages_ minimaliste, bien plus que l'image iso "minimal install" fournie par les miroirs. Cette liste de paquets retirés peut se voir complétée par une liste de paquets à installer, mais il s'agit d'un choix personnel. Qu'ai-je donc retiré ? Et bien c'est simple, comme il s'agit généralement d'une installation sur une machine physique ou virtuelle reliée en réseau filaire et disposant d'une adresse IP fixe (sauf lors de l'installation), j'ai retiré tous les firmwares possibles de matériel que je n'utilise probablement pas, comme les cartes Wifi. J'ai aussi enlevé, usage serveur oblige, des paquets liés au son (alsa). Un choix discutable, j'ai retiré man et les pages de manuel de base : je considère, en particulier si la machine est "en production", que la documentation n'a rien à faire à cet endroit. Je n'ai, par contre, rien à redire à l'installation des pages de manuel sur une machine de test. De plus, comme j'utilise le système de fichiers proposé par défaut (xfs), j'estime ne pas avoir besoin des outils pour gérer les systèmes ext2-3-4 ou btrfs.

Voici donc, la liste :

%packages --nobase
@core
-NetworkManager
-NetworkManager-team
-NetworkManager-tui
-aic94xx-firmware
-alsa-firmware
-alsa-lib
-alsa-tools-firmware
-atmel-firmware
-avahi-autoipd
-avahi-libs
-b43-openfwwf
-bfa-firmware
-biosdevname
-btrfs-progs
-dhclient
-dmidecode
-dnsmasq
-dracut-network
-e2fsprogs
-e2fsprogs-libs
-gnutls
-kexec-tools
-ipw2100-firmware
-ipw2200-firmware
-ivtv-firmware
-iwl100-firmware
-iwl1000-firmware
-iwl105-firmware
-iwl135-firmware
-iwl2000-firmware
-iwl2030-firmware
-iwl3160-firmware
-iwl3945-firmware
-iwl4965-firmware
-iwl5000-firmware
-iwl5150-firmware
-iwl6000-firmware
-iwl6000g2a-firmware
-iwl6000g2b-firmware
-iwl6050-firmware
-iwl7260-firmware
-libertas-usb8388
-man
-man-db
-mariadb-libs
-postfix
-ql2100-firmware
-ql2200-firmware
-ql23xx-firmware
-ql2400-firmware
-ql2500-firmware
-rt61pci-firmware
-rt73usb-firmware
-snappy
-teamd
-tuned
-virt-what
-wpa_supplicant
-xorg-x11-drv-ati-firmware
-zd1211-firmware

Il y a de fortes chances que pour une machine vraiment en production, j'ai besoin d'un MTA, mais à moins de prévoir une configuration dès l'installation, postfix fait aussi partie des exclus. De cette manière, non seulement le système s'installe rapidement, mais il démarre aussi rapidement ! On arrive à un total inférieur à 220 paquets. Cela peut varier pour vous en particulier si vous installez un système avec du RAID logiciel, qui nécessitera l'installation de mdadm.

Et vous, est-ce que vous retireriez d'autres paquets ?

9 fév. 2015

vimrc global à son système

Quand on utilise Vim, on a tendance à personnaliser sa configuration en ajoutant ses options préférées dans son fichier ~/.vimrc. Sur un système GNU/Linux (mon expérience porte principalement sur RHEL/CentOS/Fedora), il est possible d'étendre cette personnalisation à tous les utilisateurs d'un système en modifiant /etc/vimrc. En revanche, côté NetBSD, le chemin n'est pas le même. On pourrait naïvement penser qu'il suffit d'utiliser le préfixe /usr/pkg, hein ? Bein non, loupé : le fichier par défaut pour tous les utilisateurs est /usr/pkg/share/vim/vimrc. Heureusement, rien d'insurmontable, et quelques liens symboliques bien placés permettront d'harmoniser les configurations sur tous les systèmes.

17 déc. 2014

CentOS Dojo Paris talk

EN

Following my previous post about the CentOS Dojo in Paris last August, the recording of my talk is now online : Discovering and using etckeeper. Many thanks to InfoQ for hosting the video !

FR

Suite à mon billet précédent sur le CentOS Dojo à Paris en Août dernier, l'enregistrement de ma présentation est maintenant disponible : Discovering and using etckeeper. Merci beaucoup à InfoQ pour l'hébergement de la vidéo !

25 août 2014

CentOS Dojo Paris

Version en français plus bas.

For once, this blog post is available both in french and in english. Today I attended the first CentOS Dojo in Paris. I also had the chance to be one of the speakers, wich was a very interesting experience : even if I am almost used to talk to a crowd, it was a long time since I used a microphone (more than 10 years if I remember correctly). Moreover, it was my first talk in english, and the demo I planned failed. Since all the talks of the day were recorded, I'm not going to tell you who talked about what. You can go to my Twitter account or search tweets with the hashtag #centosdojo. However I can't help thinking again about my talk and the problem in my demo. My frustration is compensated by the fact that everyone was really nice to me. Like I tweeted earlier, I learned the lesson and won't try another live demo soon. While waiting for the recordings to be online, you can download the slides, in french or in english. Many thanks to Zenika, Normation and InfoQ for sponsoring the event !

Pour une fois, ce billet est en français et en anglais. Aujourd'hui j'ai assisté au premier CentOS Dojo à Paris. J'ai aussi eu la chance d'être l'un des intervenants, ce qui fut une expérience très intéressante : même si j'ai à peu près l'habitude de parler en public, je n'ai pas utilisé de micro depuis très longtemps (plus de 10 ans si je me souviens bien). De plus, cela a été ma première présentation en anglais, et la démo que j'avais prévue n'a pas fonctionné. Puisque toutes les présentations du jour ont été enregistrées, je ne vais pas vous raconter qui a parlé de quoi. Vous pouvez simplement aller voir sur mon compte Twitter ou rechercher les tweets ayant pour hashtag #centosdojo. Cependant, je ne peux m'empêcher de penser à ma présentation et au problème lors de ma démo. Ma frustration est compensée par le fait que tout le monde a été sympa avec moi. Comme je l'ai tweeté plus tôt, j'ai compris la leçon et je ne vais pas tenter des démonstrations en direct. En attendant que les enregistrements soient en ligne, vous pouvez télécharger les slides, en français ou en anglais. Merci beaucoup à Zenika, Normation et InfoQ d'avoir sponsorisé l'évènement !

Propulsé par Dotclear